« Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup » (Mt 25, 14-15.19-21) Evangile et méditation du 15.11 proposée par le Père Vincent

Bible ouverte

« Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup » (Mt 25, 14-15.19-21) Evangile et méditation du 15.11 proposée par le Père Vincent

« Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup » (Mt 25, 14-15.19-21)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples cette parabole :
    « C’est comme un homme qui partait en voyage :
il appela ses serviteurs et leur confia ses biens.
    À l’un il remit une somme de cinq talents,
à un autre deux talents,
au troisième un seul talent,
à chacun selon ses capacités.
Puis il partit.

    Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint
et il leur demanda des comptes.
    Celui qui avait reçu cinq talents s’approcha,
présenta cinq autres talents
et dit :
‘Seigneur,
tu m’as confié cinq talents ;
voilà, j’en ai gagné cinq autres.’
    Son maître lui déclara :
‘Très bien, serviteur bon et fidèle,
tu as été fidèle pour peu de choses,
je t’en confierai beaucoup ;
entre dans la joie de ton seigneur.’ »

Méditation proposé par le Père Vincent Massengo

33 ème Dimanche ordinaire, A. Proverbes 31,10-13.19-20.30-31 ; Ps.127(128) ; 1Th.5,1-6 ; Mat.25,14-30.

Chers frères et sœurs en Christ,

L’évangile de ce dimanche continue l’enseignement sur la venue du Fils de l’Homme ou son Retour glorieux. Il met en lumière la manière dont chaque être humain sera l’élue de Dieu.

Le dimanche passé, « l’huile dans la lampe » a été une image de la sagesse. Le livre des proverbes propose « une femme parfaite » comme une autre image de la sagesse. Mais, qui la trouvera ? Et où doit-on la trouver ? Cette sagesse personnifiée ou chosifiée doit nous aider à comprendre les temps et les moments de la venue du Seigneur. Ces temps et moments du Seigneur seront les temps de paix et de quiétude. « Quand les gens diront : quelle paix ! Quelle tranquillité ! ».

L’évangile jette l’opprobre sur ceux qui considèrent la religion comme « opium du peuple ». Frères et sœurs chrétiens, « nous connaissons tous les reproches que nous adressent beaucoup de nos contemporains. La religion leur apparaîtrait encore comme un obstacle à la vraie liberté de l’homme, elle encouragerait l’homme à une attente passive de l’au-delà, le dispensant ainsi de faire des efforts afin de transformer cette vallée de larme en un monde plus humain » (Émile Cardinal Biayenda). L’évangile invite à redécouvrir le vrai visage de Dieu, du Christ et de l’Église. Car, Dieu donne à chacun selon sa capacité. A l’un cinq ; à l’autre deux et à un autre un seul talent en vue du même but, le Salut. Pour rendre possible ce Salut réalisé par le Christ, Dieu appelle tous les hommes à la communion avec Lui et entre eux.

Trois approches de compréhension de l’évangile :

1- Une attente active : Attendre le Christ n’est pas s’endormir ni être affairé sans rien faire. En outre, la récompense à l’attente active ne dépend pas du résultat des trois serviteurs ; plutôt de leur activité. Les deux serviteurs sont invités à entrer dans la joie de leur Seigneur, sans distinction d’âge, de rang, grade, fonction ni situation matrimoniale…ni des trois états du sacrement de l’Ordre. L’évangile rappelle que Dieu a créé l’homme, créateur (Ressemblance à Dieu).

L’homme doit se montrer fructificateur. Pour Dieu, chaque homme, chaque femme est une fécondité intégrale et intégrante. « Vous êtes le sel de la Terre. Vous êtes la lumière du Monde ».

2- Une fécondité de l’homme pour l’Homme : Cette fécondité est multidimensionnelle. Elle a pour objet et finalité la rencontre avec le Christ. « Heureux les serviteurs que le Maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller…Il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour. S’il revient vers minuit ou plus tard encore et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils » (Lc.12,37-38). Les deux premiers serviteurs conservent leurs talents gagnés (Mt.25,28-29). Étonnante surprise. Le premier reçoit en plus l’unique talent du paresseux. Étonnant! Dieu donne à l’homme sans attendre rien en retour. « Qu’est ce que l’homme pour que tu penses à lui ». Qu’est ce que Dieu t’a donné ?

En effet, « Le Fils de l’Homme est venu chez les siens, les siens ne l’ont pas reçu. Mais à ceux qui l’ont reçu, Dieu, leur a donné la Vie Éternelle ». De la vie humaine, Dieu invite l’homme à la Vie Éternelle. Car, la Route du Ciel a pour chaussée la vie humaine et chrétienne. La vie ne se fait pas au brouillon. Elle est toujours au propre. Ainsi, dans la venue du Fils de l’Homme, c’est toute notre vie qui devient Vie Éternelle.

3- Le sort de l’attente passive : L’attente passive est l’expression de la paresse et des paresseux. Elle est une auto-sanction, une autopunition. Le troisième serviteur se prive lui-même de la gratuité de la vie et du Don de la Vie Éternelle. Dieu connaissant sa capacité lui a confié un seul talent. Espérant avec peu d’efforts qu’il gagnerait un autre talent. Mais hélas !

Sa sanction ne vient pas du manque de rendement. Non ! Mais, de sa médisance à l’égard de Dieu. Pour lui, Dieu est dur, exploiteur, voleur…Il est injuste. Ce serviteur juge et condamne Dieu. Sa propre mesure lui est infligée.

Le Dieu d’Amour étonnant de nouveau. Il réclame les intérêts à ce serviteur paresseux. « Il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts ». Mais, aux travailleurs prévoyants et sages, Dieu bénit leur récolte sans rien réclamer.

Le dernier serviteur a peur. Il a peur de Dieu et du prochain. La peur, c’est le manque d’engagement et donc, le manque d’amour. Car, aimer, c’est s’engager. Ceux qui aiment et s’engagent sont féconds et fécondent la création. Qu’as-tu reçu ? Fructifies-tu ton ou tes talent(s) ? « Aimes, et fais tout ce que tu veux » (St. Augustin).

Frères et sœurs en Christ, cet évangile loin d’être la preuve de la théorie de la rétribution, est au contraire un tableau-miroir qui montre que la Foi féconde et la peur stérilise la vie humaine.

Au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit !

Le Breton Noir, Curé.

Post a Comment